01 56 79 01 83

01 42 67 00 10

Crédit immobilier : Pourquoi les banques pratiquent des taux différents en fonction des régions ?

Posté le : 25/08/2020

La crise sanitaire, le resserrement des conditions de crédit et le ralentissement du marché immobilier entrainent des écarts de plus en plus importants dans les conditions d’emprunt selon les régions. En voici les raisons.

Après un début d’année 2020 euphorique, exacerbé par un nombre très important de transactions immobilières, le second trimestre a quant à lui été bouleversé par la crise sanitaire, laquelle eût pour effet de ralentir voire de stopper le marché du crédit immobilier. Les conditions d’emprunt se sont également resserrées en raison des injonctions du Haut Conseil de Stabilité Financière pour restreindre l’accès au crédit (durée de l’emprunt limitée à 25 ans et taux d’endettement à 33% maximum), mais aussi en raison de la hausse des taux cumulée à la baisse du taux d’usure (générant un effet ciseau). Deux phénomènes qui exacerbe un phénomène déjà constaté depuis le début d’année : les conditions d’emprunt et les taux varient sensiblement selon les régions.

Le financement d’une résidence principale est plus facile que celui d’une maison secondaire.

Sur l’ensemble des territoires, l’achat d’une résidence principale prime sur l’investissement locatif et l’acquisition d’une résidence secondaire. Les projets immobiliers restent principalement destinés à l’achat d’une résidence principale, malgré un attrait particulier pour l’investissement locatif dans certaines régions françaises ! Moins fréquent que l’acquisition d’une résidence principale, l’investissement locatif reste cependant mieux représenté dans certaines régions françaises que dans d’autres. C’est notamment le cas de la région Grand-Ouest qui reste relativement attractive pour les investissements locatifs. « L’investissement locatif représente 19% des biens financés sur le 1er semestre 2020 pour la région Grand-Ouest. La Bretagne est un bon exemple de l’attractivité du Grand-Ouest pour l’investissement locatif, en raison de sa proximité avec la région parisienne, mais également du prix de l’immobilier qui est, par exemple, environ deux fois moins onéreux que dans le Sud-Est de la France ! Comptez en moyenne 1830 euros du m2 en Bretagne contre 3551 euros le m2 pour la région PACA. » déclare Sylvain Lefèvre de la Centrale du financement.

Les conditions de crédits dépendent des prix pratiqués dans la région

Quant au montant moyen des prêts, celui-ci varie sensiblement en fonction des régions. En Normandie, dans le Sud-Ouest et dans le Grand-Ouest, il est environ 30% moins élevé que dans le reste des régions étudiées. « Le prix au m2 est en moyenne moins important en Normandie, dans le Sud-Ouest et dans le Grand-Ouest qui abritent des villes comme Toulouse, Bordeaux, Le Havre. Celles-ci drainent davantage d’investissements locatifs, dont le montant moyen est souvent moins onéreux que pour une résidence principale. A l’inverse, ce dernier est significativement plus élevé dans les régions Île-de-France, Sud-Est, Rhône-Alpes et Grand-Est, en raison de l’attractivité économique de villes comme Paris, Lyon, Nice et Strasbourg faisant gonfler les prix au m2. » note Sylvain Lefèvre. Mécaniquement, dans les régions qui concentrent des prix au m2 élevés, une sélection naturelle des emprunteurs s’opère. Ainsi, les revenus annuels moyens des emprunteurs investissant dans les régions qui disposent d’un marché de l’immobilier tendu, excèdent en moyenne de 14,5% ceux des ménages investissant dans des territoires comme la Normandie, le Grand-Ouest et le Sud-Ouest.

Les conditions d’emprunt fluctuent pour s’adapter au marché local

D’une région à l’autre, les conditions d’emprunt fluctuent pour s’adapter au marché local. Le profil de l’emprunteur, son âge, son emploi, ses revenus sont autant de facteurs pris en compte dans le calcul du pourcentage d’apport demandé aux ménages emprunteurs. Ce paramètre compte en effet parmi les principaux leviers dont disposent les banques pour s’assurer de la solidité du dossier de demande de prêt ou encore pour sélectionner les meilleurs dossiers sur un marché immobilier particulièrement concurrentiel. Dans certaines régions, telles qu’en Normandie, dans le Sud-Ouest et le Grand-Ouest, le pourcentage d’apport demandé est en-deçà de la moyenne semestrielle (10,60%) et oscille entre 9,20% et 9,60% du montant total du prêt. Cela peut s’expliquer par la volonté des organismes bancaires de redynamiser le marché du crédit dans une région où la demande de prêt est moins fréquente. À l’inverse, dans d’autres territoires le pourcentage d’apport demandé sera bien supérieur au pourcentage moyen pratiqué en France. C’est notamment le cas de l’Île-de-France dont le pourcentage d’apport demandé excède la moyenne semestrielle de 2%. Cette région dispose d’un marché de l’immobilier pour le moins tendu, ce qui conduit à une sélection des dossiers d’autant plus stricte que la demande est forte.

Les conditions d’emprunt dépendent de l’âge moyen des emprunteurs

Par exemple la région Sud-Est se situe juste derrière l’Île-de-France en termes de revenu moyen des emprunteurs, et pourtant l’apport qui leur est demandé lors de l’achat d’un bien immobilier est environ 2% plus élevé qu’en Ile-de-France et représente en moyenne 14,60% du montant du prêt. En cause, des emprunteurs relativement plus âgés que sur le reste de la France qui étirent la moyenne d’âge régionale à 40 ans. Cela impacte directement la durée moyenne de l’emprunt qui est plus courte de 4 mois par rapport à la région Rhône-Alpes qui, elle, dispose d’emprunteurs en moyenne plus jeunes de 4 ans. À l’inverse, l’apport demandé en région Rhône-Alpes est 2% supérieur à la moyenne nationale en raison de la proportion plus importante de jeunes emprunteurs dans cette région [8]. Ceci conduit les organismes bancaires à sélectionner les dossiers disposant de la meilleure assise financière : majoritairement des primo accédants faisant appel à la solidarité familiale.

Certaines régions sont plus favorables aux primo-accédants

Selon l’analyse de l’ensemble des dossiers finalisés par la Centrale de Financement au cours du 1er semestre 2020, la région Rhône-Alpes semble être la plus favorable à l’emprunt des primo-accédants, puisque ceux-ci représentent 36% des emprunteurs dans la région, contre 31% en moyenne toutes régions confondues sur l’ensemble du semestre. « Il est plus difficile pour les primo-accédants de se voir accorder un prêt dans les régions où le marché de l’immobilier est engorgé puisque la concurrence y est plus forte. C’est pourquoi, ils comptent pour 26 à 29% des emprunteurs dans le Sud-Est, en Île-de-France et dans le Grand-Est. Par ailleurs, les primo-accédants ont plus facilement accès à l’emprunt dans les régions qui adoptent une politique de soutien à la demande de crédit sur des marchés moins tendus. C’est le cas en Normandie, dans le Sud-Ouest et dans le Grand-Ouest où le montant des biens y est moins élevé, et l’apport demandé en deçà de la moyenne semestrielle, toutes régions confondues. » selon Sylvain Lefèvre, Président de La Centrale de Financement.